top of page

Islam
Aspects d'une religion mondialisée

ll s'agit d'une collection d'entretiens avec des scientifiques, des critiques et des intellectuels islamiques. Les sujets sont aussi variés que les époques auxquelles ils ont été enregistrés. Certaines analyses ont une valeur documentaire ou historique, d'autres sont encore d'actualité aujourd'hui.

 

1. Uwe Halbach - L'islam en Russie

Uwe Halbach est chercheur à l'Institut allemand de politique internationale et de sécurité à Berlin. Halbach est l'un des rares experts allemands sur les questions de l'islam et de la Russie. L'islam y est la deuxième plus grande communauté religieuse. L'islam politique joue un rôle politique décisif en Asie centrale, notamment dans le Caucase.

2. Reinhard Schulze - Un Coran globalisé

Reinhard Schulze est professeur émérite de sciences islamiques à l'université de Berne/Suisse. Il étudie les Lumières islamiques aux 18e et 19e siècles et a ouvert la voie à une recherche moderne sur la culture, l'histoire et la religion islamiques, guidée par des intérêts scientifiques plutôt que coloniaux.

3. Gudrun Krämer - Le Coran en tant que référence

Gudrun Krämer Professeur émérite d'islamologie à l'Université libre de Berlin. Ses recherches portent sur l'islamisme et la théorie politique islamique. Elle a publié de nombreux articles sur l'antisémitisme islamique.

4. Christoph Luxenberg - Le Coran, une carrière

Christoph Luxenberg est le pseudonyme d'un antisémite et d'un linguiste. Depuis plus de 20 ans, il étudie la langue coranique sur une base philologique comparative, principalement à l'aide de l'araméen. Son livre "Die Syro-Aramäische Sprache des Koran" (La langue syro-araméenne du Coran) a été accueilli dans le monde entier et a conduit, outre des réactions parfois violentes, à une nouvelle orientation de la recherche sur le Coran.

5. Angelika Neuwirth - Le Coran sous forme de texte

Angelika Neuwirth est professeur émérite d'études arabes à la Freuen Universität de Berlin. Ses travaux portent principalement sur l'analyse comparée des discours culturels de l'Antiquité tardive et sur l'étude du Coran en tant que recueil de textes de l'Antiquité tardive.

Civilisations de la domination, féminisme et islam

 

Le féminisme émancipateur est sur la défensive. Il peut y avoir plusieurs causes à cela. Il y a d'une part la résurgence d'images nationales conservatrices et néonazies des femmes, telles qu'elles sont représentées dans l'AFD. Mais les images légalistes des femmes, largement publiées, qui trouvent leur accomplissement dans les quotas des conseils d'administration de DAX et le mariage homosexuel, ont également occulté la perspective d'un féminisme émancipateur. La promesse socio-politique de l'égalité des droits s'est en effet concrétisée principalement pour les femmes blanches, occidentales et bien éduquées. Mais on a également emprunté des chemins de traverse. Il s'agit avant tout de la perpétuation de la supériorité coloniale dans les débats publics, qui se cachent derrière des positions de prétendues "Lumières". Des féministes de premier plan ont ainsi satisfait, à grand renfort de publicité, la revendication d'hégémonie des cultures capitalistes occidentales sur l'ensemble de la société. Et ce, aussi bien dans les sociétés occidentales que vis-à-vis d'autres cultures non occidentales. Ceci est particulièrement visible dans les débats sur l'islam et le foulard. En prenant l'exemple de l'Iran et de l'Égypte, les féministes expliquent les conditions particulières dans lesquelles les attributions de rôles religieux servent à la mise en scène de la domination politique. Dans nos discussions à ce sujet, nous souhaitons donner la parole à des militantes féministes qui, de manière autocritique, opposent au féminisme réactionnaire et conservateur des analyses et des stratégies émancipatrices. Il va de soi que celles-ci se réfèrent à une vision émancipatrice de la société dans son ensemble.

1. Birgit Rommelspacher - Civilisations de dominance

Birgit Rommelspacher (†2015) était psychologue et pédagogue. Elle a travaillé à la Haute école Alice Salomon de Berlin.  Son travail portait principalement sur la recherche sur les femmes et l'extrémisme de droite. Dans cet entretien, elle explique son concept de "cultures de domination" en se basant sur la perception des femmes dans l'islam par le féminisme occidental. (voir aussi le livre "Dominanzkultur reloaded")

2. Nevim Cil - Civilisations d'exclusion

Nevim Çil est politologue et ethnologue.  Elle a travaillé dans des projets sur les "cultures de la parenté", les "représentations de l'ordre social en mutation" et au sein du "bureau de la diversité" de l'autorité judiciaire de Hambourg.
Depuis 2012, elle est chargée de mission au sein de l'équipe de travail de la déléguée du gouvernement fédéral à la migration, aux réfugiés et à l'intégration, à la chancellerie fédérale.

3. Shirin Ebadi - Civilisations de légitimation

Shirin Ebadi est une juriste iranienne et sans doute la militante féministe la plus connue d'Iran.  Elle a été la première femme musulmane à recevoir le prix Nobel de la paix en 2003. Elle esquisse l'histoire et les perspectives du mouvement des femmes iraniennes.

bottom of page